Les difficultés du territoire sont essentiellement liées aux impacts aéroportuaires

Rapport de l’IAU sur les impacts aéroportuaires sur les territoires

Etienne Berthon, IAU île-de-France (DUAT) – 13 janvier 2011

Où l’on apprend que les cinq grands défis sont :

  • La maîtrise et la compensation des nuisances
  • Définir la juste place du pôle aéroportuaire dans la structure régionale
  • Le défi de l’accessibilité
  • La cohérence de la gouvernance
  • Un aéroport bien accepté et intégré dans son territoire

Tiens, on n’y voit pas de nécessité de faire pousser les centres commerciaux comme des champignons !

Carte des nuisances aéroportuaires : Source : ACNUSA
Carte des nuisances aéroportuaires : Source : ACNUSA

Télécharger (PDF, 1.3MB)

Thèse : Évaluation des impacts aéroportuaires : dépréciation immobilière et inégalité environnementale

Cas des aéroports de Paris-CDG, Paris Orly, Lyon Saint-Exupéry et Toulouse-Blagnac. Noëlvia SEDOARISOA

Doctorante au Laboratoire MRTE (Mobilités, Réseaux, Territoires et Environnement) Université de Cergy-Pontoise Co-direction : Didier DESPONDS (Professeur à l’UCP) Pierre ZEMBRI (Professeur à l’UPEM)

07/10/2014

Où l’on apprend que les différents résultats montrent que l’exposition au seul bruit des avions a bien un effet négatif et significatif sur les prix des logements, autour de Roissy – CDG.

Mais c’est aussi un facteur de “défaveur sociale”

La zone d’étude de Paris-CDG s’étend sur les départements du Val-d’Oise, de la SeineSaint-Denis et de la Seine-et-Marne. Comme le montre la figure 4, l’occupation du sol est très hétérogène autour de l’aéroport. Au sud-ouest et au sud, représentés par les départements du Vald’Oise et de la Seine-Saint-Denis, le tissu urbain est très dense. Par ailleurs, l’aéroport de Paris- leBourget est imbriqué. L’aéroport de Paris-CDG situé au centre de la zone d’étude est situé dans un tissu urbain moins dense que le sud-ouest et l’ouest de la zone d’étude. A l’est de la zone d’étude (Département de la Seine-et-Marne), l’occupation du sol y est plus variée. Elle est largement dominée par des terres agricoles et des zones boisées. La zone exposée au bruit de l’aéroport est caractérisé dans le département du Val-d’Oise par zones très urbanisées comme les communes de Goussainville, Villiers-le-Bel, Arnouville-lès-Gonesse, Gonesse ou Sarcelles. Dans le département de la Seine-et-Marne, la plus grande partie de la zone est occupée par des surfaces agricoles. On y retrouve très peu de zones urbanisées. Elles sont présentes dans les communes de Le MesnilAmelot, Saint-Mard, Juilly, Nantouillet. Certaines communes comme Montgé-en-Goëlle, Cuisy se caractérisent par des zones boisées. Dans le Département de la Seine-Saint-Denis, la zone de bruit est largement occupée par des zones industrielles ou commerciales ainsi des terres agricoles (commune de Tremblay-en-France).

 

Parmi les communes étudiées, plusieurs (Gonesse, Goussainville, Sarcelles, Villiers-le-Bel) se caractérisent par des taux élevés de logements sociaux dans lesquels les catégories populaires sont très fortement présentes. Le ratio CPIS / ouvriers, pour les acquéreurs de biens immobiliers, maisons et appartements étant analysés séparément, montre de fortes spécialisations sociales dans la zone exposée au niveau de bruit à partir de 54 dB(A), avec toutefois certaines nuances

Synthèse

Consulter la synthèse du colloque

La thèse en version intégrale

Consulter la thèse