Ville de Saint-Denis

EUROPA CITY : LA MUNICIPALITÉ DE SAINT-DENIS PREND POSITION CONTRE A L’UNANIMITÉ……

Voeu relatif au projet Europacity du groupe Auchan sur la zone agricole du triangle

Vu l’article L 2121-29 du Code Général des Collectivités Territoriales,

Porté par Immochan, la filiale immobilière du groupe Auchan, le projet Europacity est inspiré des centres commerciaux américains et des centres de loisirs des pays du Golfe persique.

Sur une emprise de 80 hectares, il proposerait des espaces de loisirs et de détente, des lieux de culture et de commerces, ainsi que des restaurants, des hôtels et un parc urbain. Il ouvrirait en 2024, date correspondant à la mise en service de la ligne 17 du Grand Paris Express.

Il a pour ambition d’accueillir 30 millions de visiteurs par an, dont 6 millions de touristes. Le coût de ce projet est estimé à plus de 3 milliards d’euros. Il s’inscrit dans la partie sud de la ZAC du triangle de Gonesse, qui a  été identifié comme d’intérêt national par l’Etat.

Considérant que ce projet fait l’objet d’un débat public mené par la Commission nationale du Débat Public
depuis le 15 mars 2016 jusqu’au 30 juin 2016,

Considérant que ce projet va à l’encontre des objectifs en matière de développement urbain fixés par le gouvernement et les collectivités locales à l’occasion de la COP21, objectifs qui visaient un développement plus sobre et plus durable ménageant l’avenir de notre planète,

Considérant que ce projet détruira 80 hectares de terres agricoles parmi les plus fertiles du bassin d’Ile-de-France, qui assurent aujourd’hui des récoltes abondantes (blé, maïs, colza et betteraves), qui favorisent les circuits courts alimentaires et la résilience face aux changements climatiques, et qui ont par ailleurs été déclarées inconstructibles en raison du plan d’exposition au bruit des deux aérogares,

Considérant que ce projet entrainera l’imperméabilisation de 210 hectares de pleine terre et la destruction de 3,5
hectares de zones humides,

Considérant que ce projet exposera une nouvelle population de plusieurs milliers de travailleurs aux nuisances des trafics aériens importants et autoroutiers auxquelles s’ajouteront celles générées par le projet, en développant un emplacement aujourd’hui non urbanisé,

Considérant l’avis délibéré de l’Autorité environnementale sur la création de la ZAC du Triangle de Gonesse (93-95) adopté lors de la séance du 2 mars 2016, qui estime :
– que le dossier n’intègre pas l’ensemble des composantes du projet, notamment en matière de voiries, réseaux et autres infrastructures nécessaires à son bon fonctionnement et qu’il doit donc être complété en ce sens ;
– que les principaux enjeux environnementaux du projet sont la destruction de l’ordre de 210 hectares de sols agricoles de très grande valeur agronomique, le volume des ressources nécessaires (eau, énergie, matériaux,…) et les émissions de gaz à effet de serre causées par le projet, l’organisation des déplacements (environ 300 000 par jour) et leurs impacts indirects, ainsi que l’exposition d’une population nouvelle de plusieurs milliers de travailleurs aux nuisances des aéroports et infrastructures routières existants.

Considérant que le projet Europacity met en concurrence les territoires et les surfaces commerciales existantes, et ce alors même que la fréquentation (-1,7% en 2013) et les recettes (-1,6%) de ces temples de la consommation  reculent depuis plusieurs années du fait de la crise et de la concurrence d’internet. Ainsi, dans le Nord parisien plusieurs centres commerciaux ont ouvert récemment (Aéroville, Qwartz, le Millénaire, So Ouest, L’Ilo, rénovation d’O’ Parinor…) concurrençant les centres existants qui peinent déjà à atteindre leurs objectifs.

Dans ce contexte de suroffre, la création d’Europacity (à moins d’1km de deux centres commerciaux) et ses
230 000m2 de commerces (500 boutiques) impactera directement le tissu commercial du Nord Parisien (centres
commerciaux et centres-villes) déjà en difficulté pour certains sites, Considérant que les porteurs du projet entretiennent le flou sur la réalité des emplois en promettant 4 200 emplois par an en moyenne lors de la construction du site, puis 11 800 emplois directs en phase d’exploitation, alors que ces estimations ne correspondent pas à la réalité économique observée, risquent d’être tout simplement des transferts depuis d’autres zones économiques franciliennes et d’être à l’origine de la destruction d’emplois dans les petits commerces de centre-ville,

Considérant que l’offre hôtelière de 2 700 chambres et d’un centre de congrès doublonnera le projet « International Trade Center » situé à proximité immédiate de l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle, premier complexe intégré d’affaires et de congrès en Europe (1 800 chambres et un centre de congrès), sans compter le projet d’hôtel conférences de Pleyel porté par Saint-Denis et Plaine Commune. Europacity fait peser le risque de surcapacité du nombre de chambres et d’espaces de conférences à l’heure où on enregistre une baisse significative du nombre de congressistes en France et une baisse de la fréquentation des hôtels,

Considérant que le projet Europa City poursuit l’objectif de la compétitivité des grandes métropoles mondiales, mettant les territoires en concurrence, tant à l’échelle régionale, nationale que mondiale. En produisant des objets architecturaux déconnectés de leur environnement, des méga-centres commerciaux ne répondant pas aux vrais besoins des franciliens mais créant de nouvelles pratiques, cette course au gigantisme nourrit la compétition entre les métropoles du monde au dépend de la qualité de vie de leurs citoyens. La métropole polycentrique et solidaire que les élus du Conseil municipal de Saint-Denis défendent appelle au contraire au respect des dynamiques territoriales existantes et la complémentarité entre territoires.

Considérant que la concertation sur le projet Europacity a été déconnectée du reste des projets prévus sur le Triangle de Gonesse de la ZAC de l’EPA Plaine de France, pour laquelle l’enquête publique préalable a déjà eu lieu et alors que ces deux projets sont étroitement liés, Europacity tablant sur les salariés du million de m2 de bureaux et activités qui seront construits dans la ZAC pour fréquenter les commerces, hôtels et restaurants Considérant que la neutralité du débat public peut être compromise du fait de l’expression publique de membres du gouvernement en faveur du projet et du fait de sa reconnaissance du projet comme étant d’intérêt national,

En conséquence et face à ce projet pharaonique, déconnecté de la réalité des territoires et de leurs habitants, irrespectueux de l’environnement, le Conseil municipal de la Ville de Saint-Denis :
– marque son opposition au projet Europacity,
– réaffirme la nécessité de préserver des terres agricoles fertiles afin d’assurer un développement équilibré en Ile-de-France,
– apporte par ce vœu sa contribution au cahier d’acteur qui sera rédigé par Plaine Commune à destination

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *