France Culture : l’opposition à la “supercherie EuropaCity”

France Culture dans son émission “Itinéraire bis” donne la parole au président du MNLE93 et à la famille Plet, agriculteurs sur le Triangle et fortement impactés par l’expropriation de leurs terres pour le projet inutile et nuisible EuropaCity. ( interview de 6mn)

4 aout 2017

Itinéraire bis par Chloé LeblondViolette VoldoireClemence Allezard et Caroline Pomes

Avec Mathieu Kruger, militant, Irène Godard, habitante de Gonesse, Jean-Marie Baty, président du Mouvement national de lutte pour l’environnement du 93 (MNLE-93) et membre du Collectif pour le triangle de Gonesse (CPTG) ainsi que Dominique Plet, agriculteur.

Direction le triangle de Gonesse, tout près de Paris… où le projet EuropaCity occuperait près de 300 hectares de terres agricoles. 80 hectares de commerces, de pistes de ski et de salles de spectacles, pour 31 millions de visiteurs attendus par an. Autant d’hectares de terres fertiles qui seraient artificialisés, et donc perdus pour l’agriculture pour au moins 20 ans.
Ce sont des terres à perte de vue, qui ont un rôle clé à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique puisqu’elles stockent naturellement du carbone et permettent ainsi de réduire les émissions de gaz à effet de serre, Ce sont aussi beaucoup d’avions et de voitures : nous sommes entre deux nationales, deux autoroutes et deux aéroports. Une place de choix selon Immochan, filiale immobilière du groupe Auchan, à l’initiative de ce méga-complexe qui coûterait plus de 3 milliards d’euros.

“Pour être agriculteur il faut des terres, c’est le minimum.” Dominique Plet, agriculteur à Gonesse qui a été exproprié de ses terres par l’État, et qui voudrait céder à son fils son exploitation.

Ces terres permettent aussi de réguler les températures de la capitale française, comme le rappelle Jean-Marie Baty, président du mouvement national de lutte pour l’environnement du 93 et membre du Collectif pour le triangle de Gonesse (CPTG). Les fameux îlots de chaleur urbains dont nous parlions mercredi dans un précédent “Itinéraire bis”. Ces phénomènes qui rendent les villes plus chaudes que les zones rurales. Un sujet qui intéresse la Mairie de Paris puisqu’elle était partenaire de cette cartographie thermique d’Ile-de-France évoquée alors, mais qui est favorable au projet d’EuropaCity : elle est propriétaire d’une partie des terres et elle investira d’ailleurs un milliard d’euros d’argent public pour que le complexe soit desservi, dans le cadre du Grand Paris.

Un projet auquel s’opposent sans relâche depuis plus de cinq ans les militant.e.s du Collectif pour le Triangle de Gonesse. Pour eux, ce “grand projet inutile” est une escroquerie: tant pour les 11 500 emplois promis – dans un territoire pourtant paupérisé – que pour les dégâts environnementaux qu’il causerait. Le 21 mai dernier ils et elles organisaient une journée de mobilisation et semaient un champ qu’ils entretiennent depuis un dimanche sur deux.

“C’est une ZAD, non occupée, mais c’est quand même une zone à défendre. [On est là] pour montrer qu’on peut y planter autre chose que du béton.” Mathieu Kruger, habitant de Saint-Ouen (93), membre du Collectif pour le Triangle de Gonesse.

Si les avis négatifs -dont celui de Nicolas Hulot– suscitent de l’espoir dans les rangs des opposants, côté promoteurs, on reste confiants ; ils ont toujours le soutien de la région et de l’état et considèrent EuropaCity comme “un droit acquis “. Les militant.e.s restent toutefois sur le qui-vive, ils ont proposé une alternative à EuropaCity: le projet CARMA, espace de cultures maraîchères, qui formerait à l’agro-écologie, créerait des emplois et favoriserait l’agriculture périurbaine. Enfin, les résultats de l’enquête publique concernant la modification du Plan local d’Urbanisme de Gonesse, seront connus ces jours-ci. Un avis défavorable représenterait un coup dur pour les investisseurs.

LIRE au sujet du Projet CARMA sur le site de REPORTERRE : Plus que le béton à Gonesse, une belle alternative est possible

Les opposant.e.s à EuropaCity ont un site : nonaeuropacity.com

LIRE sur le site des ECHOS : Pourquoi l’échec de VAL TOLOSA ne présage pas forcément celui d’EUROPA CITY

Lien vers le site des reportages diffusés pendant la Matinale de l’été 2017 : http://www.franceculture.fr/emissions/itineraire-bis-ete14/saison-03-07-2017-27-08-2017?p=2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.