Le blog Médiapart :Europacity : l’escroquerie des créations d’emploi – le 5/11/16

Europacity : l’escroquerie des créations d’emploi

On est libre de penser que les grandes surfaces sont responsables du déclin des centres-villes “comme l’automobile est responsable de la disparition des maréchaux-ferrants” et même qu’il s’agit là d’un progrès, mais faire croire qu’il s’agit de projets créateurs d’emploi est une escroquerie. La revue de presse ci-dessous explique pourquoi.

1 – Puy Guillaume, le village qui a dit non aux supermarchés  (BFM-TV, 12 Avril 2013)
Il est possible de dire non à l’instauration de supermarchés : un petit village du Puy-de-Dôme a mis en place un système de distribution qui préserve les petits commerces : dans ce bourg de 2500 habitants, il y a plus de dix petits commerces qui assurent l’ensemble des besoins de la population, en se servant principalement auprès des agriculteurs locaux, ce qui crée un système de distribution qui passe directement du producteur au consom-mateur.
Le supermarché le plus proche est à 15 km. Des demandes d’autorisation d’implantation de grandes surfaces ont bien été déposées à la mairie, avec – comme dans le cas d’Europacity – les créations d’emploi qu’on nous fait miroiter. Mais la maire a bien compris que c’était un jeu à résultat négatif qui, de surplus, détruit complètement la vie en centre-ville.

2 – Toujours plus : pourquoi les centres commerciaux recouvrent la France ?  (Bastamag, 26 novembre 2013)
Un premier constat : le rythme des implantations de centres commerciaux en France s’est accéléré dans les dix dernières années : il y a un fossé entre l’augmentation annuelle des grandes surfaces commerciales (3%) et celui de la consommation (1%). Une liste est fournie des grandes surfaces en cours de création, parmi lesquels figure en bonne place Europacity et, tout à côté, Aéroville. On a peine à croire que ce mastodonte qu’est Europacity ne fera pas d’ombre aux autres centres commerciaux : par exemple, Auchan maintiendra-t-il deux magasins, l’un à Europacity et l’autre à Aéroville ?
Selon l’article, l’implantation effrénée de ces magasins n’est rien d’autre « qu’une bulle spéculative qui gonfle sans aucun lien avec la capacité locale de consommation», sans aucune rationalité commerciale. Et les crises récentes nous renseignent sur le sort à moyen terme des bulles spéculatives.

3 – CCI-et-federation : priorité centre ville unis pour refuser les nouveaux centres commerciaux (Hérault-Tribune, 6 Février 2016)
Le président de la chambre de commerce et d’industrie de l’Hérault se déclare défavorable à l’implantation de centres commerciaux à l’ouest de la ville : « créer de nouveaux commerces, c’est tuer ceux qui existent déjà, d’autant plus que ces créations, sur un territoire où l’offre commerciale est déjà saturée, ne feront rien d’autre que d’exacerber une concurrence mortifère, en particulier avec les commerces de centre-ville.
Présenter, comme on le fait pour Europacity, l’implantation de ces centres comme créatrice d’emploi, relève donc du menonge pur et simple.

4 – (Béziers : le projet d’un centre commercial aux Brégines examiné ce mardi (Le Midi Libre, 8 Février 2016)
L’article récent du Monde, référencé ci-dessous, révèle que Béziers est la  ville de France la plus désertifiée par les commerces de centre-ville, en raison d’une implantation anarchique des grandes surfaces. En complément, cet article du Midi Libre livre une information importante : pour un emploi créé par les grandes surfaces, trois emplois sont détruits ailleurs. L’hémorragie d’emplois créée par l’implantation prévue de trois grandes surfaces ne sera donc que très partiellement compensée par les emplois des grandes surfaces, au demeurant des emplois précaires.
Pour en venir à Europacity, Il est très étonnant que les prévisions d’emplois créés ne fassent l’objet d’aucune étude sérieuse en termes d’emplois détruits ailleurs. Par contre, il n’est pas tellement étonnant de voir le maire de Gonesse soutenir sans réserve le projet : sans aucun doute pense-t-il d’abord à la manne financière que l’implantation va amener à sa commune. Mais les intérêts particuliers d’une commune n’ont jamais fait une politique générale d’aménagement du territoire.

5 – Le-projet-europacity-un-mirage-aux-emplois (Médiapart, 12 Avril 2016)
Pour défendre l’utilité sociale d’Europacity, son projet de centre commercial et de loisirs dans le Val dOise, le groupe Auchan promet de créer des milliers d’emplois. Ses chiffres reposent sur des hypothèses fantaisistes au regard de la réalité des grands chantiers de BTP et de centres commerciaux.

6 – Le déclin commercial des centres-ville s’aggrave  (Le Monde, 20 Octobre 2016)
Cet article, paru récemment dans le Monde, atteste du nombre de villes françaises qui souffrent de la disparition des commerces de centre-ville et en attribue clairement la responsabilité au développement anarchique des grandes surfaces. Il présente aussi une carte de France des villes souffrant de cette maladie. Si on laisse s’implanter Europacity, Gonesse et les villes environnantes du Val-d’Oise et de la Seine-Saint-Denis ne tarderont pas à figurer sur cette carte.

7 – Désertification des centres-villes : la-reconquête commerciale passera t-elle par un nouvel urbanisme (Le Moniteur, 26 Octobre 2016)
Le déclin du commerce de centre-ville a trois causes : (1) les taux élevés de chômage qui impactent négativement la demande ; (2) les conditions d’exploitation, autant en termes de réduction des prestations publiques que d’augmentation des charges locatives et foncières ; (3) l’implantation de grandes surfaces à la périphérie des villes.
Ce phénomène, jugé préoccupant par le gouvernement, fait l’objet de décisions que le Moniteur qualifie de « mesurettes ». Mais rien n’est prévu pour combattre la principale cause , qui est liée au cancer des grandes surfaces.  

8 – Lidl, Leclerc, Intermarché, super U … l’histoire de deux communes asphyxiées par les hyper.  (Marianne, 19 Mars 2016)

9 – Ploenour-Lanvern : ces centres commerciaux qui tuent le petit commerce   (Breiz-info, 25 mars 2016)
Ce sont six grandes surfaces qui asphyxient deux communes du pays bigouden, informent les deux articles référencés ci-dessus. A l’entrée de Pont-l’Abbé, une ZAC située sur la commune de Plouénour héberge six enseignes commerciales,  dont les surfaces ont doublé en treize ans et dans le même temps, la surface de vente dans les centres-ville a diminué de 13%.  Dans ce contexte d’hyperinflation des centres commerciaux, le maire de Plouénour n’a rien trouvé de mieux que de permettre l’implantation d’un septième centre commercial.
Cette affaire, comme dans le cas d’Europacity, divise les élus locaux. Le maire de Pont-l’Abbé soutient la fronde qui regroupe 300 commerçants et opposants de sa ville, soutenus par la chambre de commerce qui est également hostile au projet. A la suite de l’avis défavorable de la commission d’aménagement commercial, l’affaire est en appel, entre les mains de la commission nationale.

10 – Ces hypers qui tuent le petit commerce (Marianne, 28 Octobre 2016)
Voici bien longtemps que Marianne alerte : le développement exagéré de la grande distribution tue les petits producteurs sans pour autant créer suffisamment d’emplois pour compenser ceux qu’elle détruit. Le boom des hypers pousse à la faute les industriels de l’agro-alimentaire en leur faisant supporter la guerre des prix que se livrent les enseignes et tue le petit commerce des centres-villes. Un rapport commandé par le gouvernement à l’Inspection Générale des Finances (IGF) le confirme tout en en mesurant les dégâts. Durant les quinze dernières années, la part de commerces laissés vacants dans 190 centres-villes est passé de 6 à 10,4%. Et cette moyenne masque la réalité des agglomérations de taille moyenne quand, dans la moitié d’entre elles, ce taux est bien supérieur à 10% : 24%, par exemple, à Béziers (contre 9,7% en 2001), où Auchan a implanté un de ses plus grands hypers. Dans tous les cas, l’abandon du commerce de proximité s’accompagne d’une baisse d’activité économique et de taux de chômage et de pauvreté croissants.
Hasard du calendrier, au moment où la vérité éclate, une chaîne américaine dont la spécialité est de vendre à prix cassés ouvre son premier centre en France. Les clients disposeront d’une carte d’abonnement pour se servir dans de gigantesques hangars. Un cap dans la guerre des prix est désormais franchi. Le groupe, dont les bénéfices se comptent en milliards de dollars, a ouvert 715 centres depuis trente ans. S’il est attiré par la France, c’est sans doute parce que le pays ne s’est pas assez prémuni contre le développement mortifère de la grande distribution. On n’ose imaginer par quels moyens Costco a réussi à convaincre les élus locaux que son implantation en France serait positive pour l’économie.

Alors peut-on vraiment comparer le progrès qu’a amené l’invention du moteur à explosion avec des réseaux de distribution qui ne visent qu’à enrichir leurs actionnaires aux dépens de tous les autres ? Faire croire qu’il s’agit d’un progrès du même ordre, c’est une imposture de plus !

 

 

blogs.mediapart.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.