Les difficultés du territoire sont essentiellement liées aux impacts aéroportuaires

Rapport de l’IAU sur les impacts aéroportuaires sur les territoires

Etienne Berthon, IAU île-de-France (DUAT) – 13 janvier 2011

Où l’on apprend que les cinq grands défis sont :

  • La maîtrise et la compensation des nuisances
  • Définir la juste place du pôle aéroportuaire dans la structure régionale
  • Le défi de l’accessibilité
  • La cohérence de la gouvernance
  • Un aéroport bien accepté et intégré dans son territoire

Tiens, on n’y voit pas de nécessité de faire pousser les centres commerciaux comme des champignons !

Carte des nuisances aéroportuaires : Source : ACNUSA
Carte des nuisances aéroportuaires : Source : ACNUSA

Télécharger (PDF, 1.3MB)

Thèse : Évaluation des impacts aéroportuaires : dépréciation immobilière et inégalité environnementale

Cas des aéroports de Paris-CDG, Paris Orly, Lyon Saint-Exupéry et Toulouse-Blagnac. Noëlvia SEDOARISOA

Doctorante au Laboratoire MRTE (Mobilités, Réseaux, Territoires et Environnement) Université de Cergy-Pontoise Co-direction : Didier DESPONDS (Professeur à l’UCP) Pierre ZEMBRI (Professeur à l’UPEM)

07/10/2014

Où l’on apprend que les différents résultats montrent que l’exposition au seul bruit des avions a bien un effet négatif et significatif sur les prix des logements, autour de Roissy – CDG.

Mais c’est aussi un facteur de “défaveur sociale”

La zone d’étude de Paris-CDG s’étend sur les départements du Val-d’Oise, de la SeineSaint-Denis et de la Seine-et-Marne. Comme le montre la figure 4, l’occupation du sol est très hétérogène autour de l’aéroport. Au sud-ouest et au sud, représentés par les départements du Vald’Oise et de la Seine-Saint-Denis, le tissu urbain est très dense. Par ailleurs, l’aéroport de Paris- leBourget est imbriqué. L’aéroport de Paris-CDG situé au centre de la zone d’étude est situé dans un tissu urbain moins dense que le sud-ouest et l’ouest de la zone d’étude. A l’est de la zone d’étude (Département de la Seine-et-Marne), l’occupation du sol y est plus variée. Elle est largement dominée par des terres agricoles et des zones boisées. La zone exposée au bruit de l’aéroport est caractérisé dans le département du Val-d’Oise par zones très urbanisées comme les communes de Goussainville, Villiers-le-Bel, Arnouville-lès-Gonesse, Gonesse ou Sarcelles. Dans le département de la Seine-et-Marne, la plus grande partie de la zone est occupée par des surfaces agricoles. On y retrouve très peu de zones urbanisées. Elles sont présentes dans les communes de Le MesnilAmelot, Saint-Mard, Juilly, Nantouillet. Certaines communes comme Montgé-en-Goëlle, Cuisy se caractérisent par des zones boisées. Dans le Département de la Seine-Saint-Denis, la zone de bruit est largement occupée par des zones industrielles ou commerciales ainsi des terres agricoles (commune de Tremblay-en-France).

 

Parmi les communes étudiées, plusieurs (Gonesse, Goussainville, Sarcelles, Villiers-le-Bel) se caractérisent par des taux élevés de logements sociaux dans lesquels les catégories populaires sont très fortement présentes. Le ratio CPIS / ouvriers, pour les acquéreurs de biens immobiliers, maisons et appartements étant analysés séparément, montre de fortes spécialisations sociales dans la zone exposée au niveau de bruit à partir de 54 dB(A), avec toutefois certaines nuances

Synthèse

Consulter la synthèse du colloque

La thèse en version intégrale

Consulter la thèse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *